Le havre et ailleurs vu par Tce76

Exposition de mes meilleurs clichés sur le Havre, la normandie, flore, faune, mais aussi,les iles grecques, la tunisie, l'autriche, l'égypte, le maroc Venise,Londres, le Canada, les USA,bref, invitation au voyage...

12 février 2008

Murano

En 1201, le Sénat de Venise rédige un décret qui oblige les verriers de Venise à installer leurs fours sur l'île de Murano. De nombreux incendies s'étaient en effet déclarés à Venise qui avaient eu pour cause des fours de verriers et les Vénitiens s'inquiétaient des risques causés à leurs maisons en bois. C'est ainsi que les verriers de Venise furent forcés de transférer leurs fours et ateliers à Murano où il en subsiste aujourd'hui encore une centaine. Chacune des verreries conserve jalousement ses secrets transmis de père en fils.

PICT6317_20

Boulier géant, au pied de la basilique de Murano


La production du verre était très réglementée, non seulement en ce qui concerne l'obtention des licences pour les maîtres-verriers mais également sur le nombre d'ouvriers qu'ils avaient le droit d'employer, catégorie par catégorie. De la même manière, pour mieux contrôler les prix et la production, un calendrier très strict de fonctionnement des fours était édicté par la République de Venise. Ainsi les verreries étaient obligées de respecter un congé annuel qui s'étendait de la mi-août à la mi-janvier.

P1000882_20

(photo prise au TZ3 par Madame)

À l'époque de son apogée, les productions de Murano étaient appréciées et connues dans l'Europe entière et ce jusqu'à Constantinople. De nombreux souverains, de passage à Venise, se déplaçaient jusqu'à Murano pour admirer et commander leur vaisselle, vases, etc...Le savoir-faire des verriers de Murano suscitait bien évidemment de nombreuses convoitises de la part des autres pays européens, et l'on craignait que l'étranger ne découvre le procédé des gens de Murano. C'est pourquoi, dès 1275, l'exportation du verre brut ainsi que des matières qui servaient à le composer, mais également celle du verre cassé, fut interdite par le sénat vénitien. Lorsque Louis XIV, au XVIIe siècle, finit par réussir à débaucher quelques verriers de Murano pour les amener en France, le Conseil des Dix de la République de Venise alla jusqu'à payer des agents pour tuer les ouvriers déserteurs qui refuseraient de rentrer à Murano.

PICT6318_20

D'abord utilitaire la production devint un art d'un grand raffinement qui connaît son apogée du XVIe siècle au XVIIIe siècle. La production actuelle est surtout orientée vers une grande profusion de verrerie de pacotille produite sur place pour assurer les revenus de l'île. Une autre menace pèse sur l'image de marque à Murano : il s'agit de la copie chinoise et autres contrefaçons qui arriveront à bout de l'excellence et de la création. Il reste toutefois, et elles sont en expansion, quelques verreries dites d'art, qui produisent des objets de grande qualité, le plus souvent avec l'aide d'artistes contemporains. On peut citer à ce titre, entre autres, les ateliers Venini, Seguso, Pauly et Ballarin.

PICT6319_20

PICT6320_20


Posté par tce76 à 06:06 - Venise - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Murano

    Quel travail !!!

    Mon père ayant travaillé plusieurs années dans la fabrication, je sais combien il est difficile d'obtenir un tel résultat !

    Rien à voir avec des productions industrielles telles qu'aujourd'hui, ce sont de vrais artisants !

    L'avant dernière et sa précèdante sont mes préférées !

    Posté par roscot76, 12 février 2008 à 07:06 | | Répondre
  • l'art à l'honneur

    idem les 2 avant dernières sont mes préférées haute en couleur gaie, elles dégagent quelque chose une âme..., dans un autre registre le boulier geant est sympa (ça vaut un échiquier geant de bois) une idée déco dans un jardin ou en guise de clostra aérée ou de rambarde de balcon mon cher balcon !

    Posté par cléo VII, 13 février 2008 à 23:46 | | Répondre
Nouveau commentaire
 

© Tce76 | 2006 - 2013 | Tous droits réservés